Vallée de l'Arve

SGL Carbon : ENVEA équipe l’usine de Passy d’analyseurs de poussières dernière génération

Produits à base de carbone et de graphite de synthèse | PCME QAL 991 & StackFlow 100

SGL Carbon est un des leaders mondiaux de la fabrication de produits à base de carbone et de graphite de synthèse. Ceux-ci sont utilisés dans de nombreuses filières haute technologie : semi-conducteurs, puces électroniques, LED, panneaux solaires, réacteurs nucléaires, etc.

Le groupe compte 5000 salariés dans le monde, 27 usines dont 2 en France (Passy et Saint Martin d’Hères). Le site de Passy (74), établi en 1896, s’étend sur 14 ha et compte 160 salariés. Il est spécialisé dans la production de graphite de synthèse à base de coke de pétrole. Sa production, de 9000t/an, est exportée à 85%. L’usine est certifiée ISO 9001 et ISO 50001 (amélioration des performances énergétiques).

Passy est localisée dans la vallée de l’Arve (Haute-Savoie), qui est, en raison de sa topographie, particulièrement sensible à la pollution atmosphérique.

Elle concentre en effet dans un espace plus étroit qu’en plaine toutes les activités humaines et industrielles et les émissions polluantes qui en résultent. Des Plans de Protection de l’Atmosphère ont ainsi été mis en place par la préfecture depuis 2012, imposant des valeurs limites d’émission plus contraignantes aux industriels de la vallée par rapport à d’autres sites moins exposés.

Entretien avec M. Pierre Praicheux (directeur site) et M. Sylvain Collet (Responsable HSE), SGL Carbon Passy.

Dans quel contexte avez-vous équipé l’usine d’analyseurs pour la mesure de particules ?

Notre démarche fait suite à une nouvelle exigence réglementaire. L’arrêté préfectoral de classement datant de janvier 2018 mentionnait la nécessité pour le site de Passy de mettre en place des mesures en continu relatives aux concentrations et flux horaires en poussières, et ce pour une vingtaine de cheminées.

L’usine était jusqu’à présent pourvue de sondes triboélectriques (mesure tout ou rien des émissions). Notre objectif était donc pluriel : s’équiper afin de pouvoir suivre en direct les émissions de poussières, anticiper les éventuelles opérations de maintenance et améliorer la maintenance préventive. Nous souhaitions également quantifier les émissions de poussières pendant les épisodes d’alerte pollution dans la vallée de l’Arve qui ont lieu chaque année entre novembre et mars, en fonction des concentrations des polluants dans l’air.

La préfecture active en effet des niveaux d’alertes avec des actions spécifiques à mettre en place par les industriels locaux et potentiellement l’arrêt de certaines installations.

Quelles solutions avez-vous mises en place ?

Afin de répondre aux exigences réglementaires, nous avons testé pendant un an deux technologies différentes relatives à la mesure continue des émissions en aval du traitement de fumées : 5 cheminées ont été équipées d’analyseurs électrodynamiques ENVEA QAL 991 et 6 équipées d’analyseurs optiques d’un autre fournisseur.

A l’issue de la période de test, notre choix s’est porté sur les analyseurs ENVEA car ils garantissent une précision et fiabilité optimales, ainsi qu’une maintenance réduite. En effet, la technologie électrodynamique permet de s’affranchir de soufflerie et d’éléments mécaniques au niveau des analyseurs. Sachant que plusieurs des points de mesure ne sont accessibles que via une nacelle, cela nous permet également de limiter les coûts en cas d’intervention. Enfin, nous avons été très satisfaits du support technique proposé par ENVEA.

L’arrêté intègre également l’obligation de réaliser des mesures comparatives. Tous les ans un organisme accrédité COFRAC intervient pour vérifier l’étalonnage et le réglage des analyseurs. Aucune dérive n’a été décelée au cours des mesures comparatives effectuées depuis l’installation, ce qui nous a conforté dans le choix du matériel ENVEA pour équiper les 21 cheminées.

Sur l’année 2021, nous avons connu 2 épisodes d’alerte pollution dans la vallée – du 12 au 13 janvier de niveau 1 et du 24 au 28 février de niveau 2 – qui ont entrainé l’arrêt de 3 cheminées en février. Grâce aux analyseurs, nous avons la capacité de donner en détail les flux horaires d’émissions évitées, c’est-à-dire de l’ordre de 5 grammes de particules par cheminée et par jour.

Quels sont vos derniers investissements en matière de réduction de la pollution atmosphérique ?

SGL Carbon a investi 15 M€ depuis 2005 afin de réduire l’impact environnemental de l’usine de Passy. Le dernier gros chantier en date est l’installation en 2018, pour un coût de 4 M€, d’un système destiné au traitement des odeurs et des fumées pour les halls de graphitation. Il a une capacité de traitement pouvant aller jusqu’à 120 000 m3/h.
Le système de traitement de fumées comporte deux étages : le premier, destiné au traitement des poussières et des gaz acides (SO2, HF), comprend des filtres à manche et un système d’injection de chaux. Le second est dédié au traitement des gaz odorants (principalement H2S).
Ce système de traitement des fumées a permis de réduire de 80% les émissions de poussières canalisées du site et de garantir des émissions de poussières en cheminée inférieures à 2 mg/Nm3.

Détails de l’installation :

  • Mesure de particules électrodynamique : QAL 991

Les analyseurs sont certifiés QAL1 et offrent un précision 6 fois plus importante qu’exigée par la norme EN 15267-3 (incertitude 3,7% contre 22,5%).

  • Mesure de débit de fumée par micro-Venturi et pression différentielle : StackFlow 100